Il est encore possible d’emprunter les frais de notaire !

Bien que les conditions pour accéder à la propriété sont de plus en plus sévères en ce qui concerne le financement du crédit hypothécaire, il est toujours possible d’emprunter sans fonds propres.

Détail des alternatives existantes :

Désormais, selon une directive européenne du 1er avril 2017, les particuliers désireux de financer les frais de notaire de leur achat immobilier par un crédit, sont obligés de contracter un crédit hypothécaire et non plus, comme auparavant, un crédit personnel.
Mais de plus en plus, les conditions imposées par les banques empêchent de financer ces frais. Les courtiers en crédits ont donc développé différentes options pour permettre aux particuliers d’accéder à la propriété.

Englober les frais de notaire dans le crédit hypothécaire

Puisque les frais de notaire participent à l’achat immobilier, ils sont désormais inclus dans le crédit hypothécaire, autrefois appelé « crédit 125% », aujourd’hui renommé « crédit total », « crédit all-in ». Ce paquet peut aussi englober les autres frais d’achat, les travaux. Toutefois ce crédit sera composé de deux parties : l’une comprenant l’achat et les travaux (sur 20, 25, 30 ans) et l’autre étalée sur maximum 10 ans consacrée au paiement des frais de notaire.
Certaines conditions sont à respecter : il doit s’agir d’un premier achat, ne pas être fiché à la Banque Nationale et le montant des charges fixes ne doit pas être trop élevé.

Investir une partie en fonds propres

Si l’emprunteur est capable de financer une partie des frais de notaire par un apport personnel, il pourrait conclure un crédit à 105% de quotité afin de financer le solde manquant.
La fiscalité des frais de notaire varie d’une région à l’autre, mieux vaut se renseigner au préalable auprès d’un courtier ou notaire pour connaitre le montant à débourser pour les frais de notaire, le crédit à 105% suffirait peut-être à financer la totalité de ces frais.

Mettre en garantie un autre bien immobilier

Le futur emprunteur peut faire appel à un membre de sa famille qui accepterait de mettre son bien immobilier en garantie. Il faut donc que la confiance soit forte entre les deux parties !
Attention aux risques : en cas de défaut de paiement de l’emprunteur, le garant peut se voir imposer, après la saisie sur salaire de l’emprunteur et la vente de son bien, la vente du bien mis en garantie !
Néanmoins, ce cas de figure est assez rare.

  • RapideRapide

    Une réponse à votre demande de financement dans un bref délai. Un déblocage rapide de votre crédit.

  • DiscretDiscret

    Une confidentialité assurée du traitement des dossiers de prêt. Une sécurisation de toutes vos informations personnelles.

  • FiableFiable

    La garantie d’un service fiable pour votre financement. Le choix d’un prestataire de confiance pour vos opérations.

  • ProPro

    Une expertise mise à votre entière disposition. Un accompagnement complet à chaque étape de votre prêt.

Attention, emprunter de l’argent coûte de l’argent.