Crédit : les conséquences d’un licenciement sur votre contrat

Restructuration d’entreprise, délocalisation de la production, les salariés se retrouvent à la merci de la politique des employeurs. Le licenciement fait partie du risque lorsque vous êtes employé. Pourtant, vous avez souscrit un ou des crédits. Si au grand jamais vous veniez à être licencié, qu’est-ce qui se passera ?

Obligation de continuer le remboursement du crédit

Un licenciement ne modifie en rien les conditions du contrat de crédit. L’emprunteur doit continuer à rembourser le prêt selon les termes prévus par la convention. Il ne peut y avoir aucune suspension. Le licenciement n’est pas non plus une excuse valable pour reporter les échéances de remboursement. Il est néanmoins possible de trouver un accord avec le banquier. Ce dernier peut accepter de revoir les conditions  mais il n’y est pas obliger. Tout dépend de votre faculté de convaincre votre prêteur afin de trouver un terrain d’entente. Si vous avez emprunté à deux, au nom de la solidarité des débiteurs, le banquier pourra exiger du co-emprunteur l’intégralité du remboursement.

Mise en œuvre de l’assurance perte d’emploi

Au cas où vous aurez souscrit une assurance emprunteur couvrant la perte d’emploi, c’est l’assureur qui prendra en charge le remboursement des échéances pendant une période déterminée, généralement le temps de vous retourner et trouver un autre emploi. Attention toutefois car toutes les assurances emprunteur ne propose pas une couverture chômage.

Les caractéristiques d’une assurance perte d’emploi

Environ 10% des emprunteurs pensent à souscrire une assurance perte d’emploi. Elle est destinée à pallier au défaut de paiement résultant d’une perte d’emploi involontaire. Il en découle qu’une démission n’est pas couverte par cette assurance, sauf convention contraire dans le contrat d’assurance. D’autre part, l’assurance perte d’emploi ne couvre pas l’intégralité des mensualités. Selon les termes du contrat, la couverture se limite à 50 ou 75% du remboursement mensuel prévu. Les 25% restant restent dès lors à la charge de l’emprunteur. En principe, ce dernier pourra honorer sa part avec l’allocation sociale, une condition sine qua none pour la souscription d’une assurance perte d’emploi. L’assureur prend en charge le remboursement partiel des mensualités pendant une période déterminée, généralement de 12 mois, temps moyen pour retrouver un emploi de remplacement.

Une période de franchise de 1 à 6 mois

Les organismes n’assurent non plus que les employés bénéficiant d’un contrat à durée indéterminée. La période de franchise va de 1 à 6 mois. Pendant la période de franchise, l’assurance perte d’emploi ne peut être mise en œuvre.

Comment souscrire une assurance perte emploi ?

Il est fortement conseillé de bien comparer les offres avant de choisir votre assurance perte d’emploi. Portée de la couverture, les cas d’exonération, le délai de franchise, il est impératif de choisir un contrat d’assurance perte d’emploi qui réponde à votre situation afin d’offrir une garantie suffisante et efficace. Le prix ne doit pas être le seul critère bien que celui-ci soit important.

assurance perte d'emploi
  • RapideRapide

    Une réponse à votre demande de financement dans un bref délai. Un déblocage rapide de votre crédit.

  • DiscretDiscret

    Une confidentialité assurée du traitement des dossiers de prêt. Une sécurisation de toutes vos informations personnelles.

  • FiableFiable

    La garantie d’un service fiable pour votre financement. Le choix d’un prestataire de confiance pour vos opérations.

  • ProPro

    Une expertise mise à votre entière disposition. Un accompagnement complet à chaque étape de votre prêt.

Attention, emprunter de l’argent coûte de l’argent.